Accident délit de fuite : que faire ?

Retour

Accident avec délit de fuite : quels sont vos recours ?

Vous avez été victime d’un accident de la route et le conducteur responsable a pris la fuite ? Pas de panique : des recours sont possibles et vous permettent d’être indemnisé. Par ailleurs, certaines assurances proposent aussi une couverture des dommages matériels et corporels au conducteur, même en l’absence de responsable identifié.

Qu’est-ce qu’un délit de fuite ?

Il est tout d’abord intéressant de rappeler les risques encourus par l’auteur d’un délit de fuite.

Celui-ci est à la fois régi par le Code de la route (articles L231-1 et suivants) et le Code pénal articles 434-10 et suivants).

Article 434-10 du Code pénal Le fait, pour tout conducteur d’un véhicule ou engin terrestre, fluvial ou maritime, sachant qu’il vient de causer ou d’occasionner un accident, de ne pas s’arrêter et de tenter ainsi d’échapper à la responsabilité pénale ou civile qu’il peut avoir encourue, est puni de trois ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende.

Pour qu’un délit de fuite soit caractérisé par la loi, plusieurs conditions doivent être réunies :

Quelles sanctions pénales ?

Le Code pénal prévoit de lourdes sanctions :

Des circonstances aggravantes peuvent être retenues en cas d’atteinte involontaire à l’intégrité de la personne entraînant une incapacité totale de travail :

Si l’accident provoque la mort d’une victime, l’homicide involontaire pourra être retenu :

D’autres sanctions peuvent être décidées par le juge :

Quels risques financiers ?

Un délit de fuite a des conséquences directes sur les conditions d’assurance du conducteur incriminé.

L’assurance auto subit une majoration de 100 % de la cotisation, qui s’ajoute au malus engendré par l’accident. Le délit doit être absolument déclaré auprès du prochain organisme assureur, qui continue à appliquer cette majoration. Le contrat d’assurance peut être résilié par l’organisme assureur, et le conducteur est inscrit dans le fichier des résiliations automobile (Agira). À ces coûts s’ajoutent les montants versés éventuellement à titre de dommages et intérêts aux victimes.

Le conducteur a pu être identifié

Un délit de fuite se traduit dans de nombreux cas par l’identification du conducteur, grâce au numéro d’immatriculation, ou aux autres informations disponibles permettant aux forces de police ou de gendarmerie de mener une enquête à son terme.

Ne laisser passer aucun détail

Vous avez pu mémoriser le numéro d’immatriculation ? Notez-le sans tarder afin de ne pas l’oublier. Vous n’avez pas pu relever personnellement l’immatriculation du responsable de l’accident ? Des témoins ont peut-être eu la présence d’esprit ou simplement le temps de le noter. Vous devez aussi rapidement noter toutes les informations qui peuvent être utiles : couleur du véhicule, type ou marque, éventuels dégâts subis, éléments remarquables (sérigraphie, boule d’attelage, toit ouvrant, etc.), heure précise de l’accident, etc.

Prendre les coordonnées des témoins

Vous devez rapidement solliciter les personnes présentes sur les lieux, noter leurs coordonnées et leur demander de témoigner auprès des forces de l’ordre sur le déroulement de l’accident. Tous ces éléments vont constituer un dossier plus solide, à destination de votre organisme assureur et de la justice.

Vous pouvez aussi demander aux témoins s’ils ont pu réaliser des photos ou des vidéos de l’accident. Ces éléments viendront corroborer et étayer les différents témoignages.

Nous vous invitons aussi à être attentif à la présence éventuelle de caméras de vidéosurveillance ou de vidéoprotection.

Effectuer les bonnes démarches

Pour engager la procédure qui permettra une indemnisation, vous devez :

  1. Rédiger un constat amiable seul
  2. Déclarer l’accident à votre assureur ou votre société de courtage en assurance (dans les 5 jours)
  3. Déposer plainte auprès des forces de l’ordre (plainte contre X)
  4. Transmettre l’attestation de dépôt de plainte à votre organisme assureur

En cas de dommages corporels, vous devez attendre l’arrivée des forces de l’ordre. Vous ressentez la moindre douleur dans les heures ou les jours qui suivent l’accident ? Consultez rapidement votre médecin traitant en lui exposant la situation, il vous délivrera le cas échéant un certificat médical ou vous orientera vers une structure adaptée.

Agir dans les meilleurs délais

Nous vous conseillons d’agir le plus rapidement possible. Les enregistrements caméras de surveillance des collectivités territoriales ou des entreprises privées sont détruits après un délai raisonnable, quelques jours à quelques semaines le plus souvent. La mémoire des témoins peut aussi s’altérer s’ils sont auditionnés après plusieurs jours.

Vous devez porter plainte rapidement, prévenir les forces de l’ordre de la présence de caméras, et contacter la Mairie de la ville du lieu de l’accident ou l’entreprise propriétaire des caméras pour leur demander de conserver plus longtemps les images.

Obtenir une indemnisation

Le conducteur a été retrouvé et reconnu comme responsable ? Sa garantie responsabilité civile indemnise l’intégralité des préjudices corporels et matériels des victimes, conducteur comme passager(s).

Si le conducteur est non assuré, le Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages (FGAO) intervient et se retourne ensuite contre l’auteur du délit de fuite. Le versement de dommages et intérêts permet de couvrir toutes les conséquences liées à l’accident, qu’elles soient professionnelles ou personnelles.

Ce montant peut être décidé par un accord à l’amiable entre les différentes parties. En l’absence de conciliation, vous pourrez engager des poursuites judiciaires. Les frais de justice peuvent être intégralement pris en charge par votre assurance, en fonction de votre contrat et des garanties souscrites.

Note : un accord à l’amiable n’exonère pas le conducteur responsable de poursuites judiciaires par le Procureur de la République.

Le conducteur en délit de fuite ne peut pas être identifié

Vous et les témoins présents n’avez pas pu relever l’immatriculation du véhicule, ou noter suffisamment d’informations  pour permettre aux forces de l’ordre de retrouver l’auteur du délit de fuite ? Pas de panique, vous avez aussi droit à une prise en charge.

Les démarches à respecter

Les démarches sont les mêmes que pour un conducteur identifié ou facilement identifiable :

  1. Prenez les coordonnées des témoins présents
  2. Rédigez un constat amiable seul
  3. Déclarez l’accident à votre assureur ou votre société de courtage en assurance (dans un délai de 5 jours)
  4. Déposer plainte auprès des forces de l’ordre (plainte contre X)
  5. Transmettre l’attestation de dépôt de plainte à votre organisme assureur

Une indemnisation par le FGAO

Le Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages indemnise les victimes d’accidents dont les auteurs ne sont assurés ou ne sont pas identifiés. L’indemnisation dépend de la nature des dommages subis :

Une indemnisation par votre assurance

Votre contrat d’assurance tous risques prévoit une indemnisation des dommages matériels dans le cadre d’un accident sans responsable identifié. Vous devrez probablement vous acquitter d’une franchise, qui varie en fonction des contrats. L’indemnisation par votre assurance tous risques ne peut pas se traduire par l’ajout d’un malus si votre responsabilité n’est pas engagée.

Les passagers sont couverts par votre assurance, quelle que soit la formule souscrite : garantie responsabilité civile, assurance au tiers avec extension des garanties ou assurance tous risques.

Faites le point sur votre assurance auto !

Vous recherchez une assurance auto à un tarif plus attractif ? Vous souhaitez obtenir des garanties plus adaptées à votre profil de conducteur ? Changez d’assurance pour être Mieux Assuré ! Nous vous proposons des solutions d’assurance auto au meilleur prix, avec des offres 100% en ligne et sur mesure. Contactez nos conseillères et conseillers ou remplissez une demande de devis. Vous pourrez être assuré immédiatement, et prendre le volant en toute sérénité !

×